hall_04

Hello les dojoigons! On est sur la semaine 4 du dojo, et comme d'habitude, on te fait découvrir 3 artistes et 3 sons. Tu auras des liens, des vidéos et pleins de bonnes choses pour que tu puisses aller jusqu'au bout de la découverte. Une petite visite guidée du dojo, ça te dis?



Bon, aller, place maintenant à Max Cooper et son univers sans fin. Ce premier bijou du hall_04 c'est du tout bon, alors accroche-toi... et surtout, met ton casque pour cette découverte!

[Headphones Only]


Ici au dojo, on ne sait même pas par où commencer avec ce producteur. Il est LE lien parfait entre la science, la musique et les arts visuels. (Il a littéralement un doctorat en biologie informatique…) Il est, si l'on puit dire, un explorateur, un savant et un passionné comme tu n’en as jamais vu. Bon, fini de lui lécher les bottes, on te présente « Resynthesis 3D », un voyage magnifique que l’irlandais nous présente en audio binaural (yes, ne t’inquiète-pas, on va bien t’expliquer/rappeler ce que c’est que le binaural).


Petite mise en situation pour que tu voies un peu le level: Max Cooper c’est déjà 21 morceaux sortis en 2020 et 16 albums/EP depuis 2009. C’est du son binaural, un film en technologie DOLBY, des musiques de pubs, des hologrammes en concerts, des installations immersives, et j’en passe... Le son qu’on te présente cette semaine est initialement sorti en 2018 sur l’album/compilation de 36 chansons « Balance ». (Et pour fermer la petite boucle entre les halls du dojo, comme on le fait si bien, cet album-là contient un morceau de l’artiste Rival Consoles qu’on t’a présenté dans le hall_03) « Resynthesis 3D » fait partie de l’EP 3D Reworks 001. Ce concept de Max est de retravailler des morceaux qu’il avait déjà créé en stéréo, en prenant chaque petits sons qu’on entend et en les replaçant dans l’espace, créant une nouvelle histoire en 3 dimensions. Mais du coup, le binaural c’est quoi ?

En fait, c’est de la réalité virtuelle, mais pour tes oreilles. La technologie existe déjà depuis mega longtemps (la première sortie d’une chanson en binaural date de 1978). Par contre, il y a eu de très gros progrès ces 10 dernières années, avec l’apparition de jeux vidéo immersifs. Le binaural donne au son surround (donc cinéma, normalement un minimum de 6 hauts-parleurs) une accessibilité assez folle, vu que t'as simplement besoin d'un casque audio. Bien sûr, plus ton casque est de qualité, mieux sera l'expérience. Mais, un peu comme la VR, la technologie peut avoir un effet déstabilisant et bizarre. Elle est créée - si on simplifie - avec un ensemble de variations de volume, distance, retards de signaux, espace et fréquences (un son aura moins de fréquences aigües si il est derrière toi: vidéo BBC).

Le binaural, mais en musique ? En bref, t’es immergé, intrigué et bercé tout en même temps. Si c'est bien fait, c'est juste sublime.

Cet EP de sons binauraux apparaît sur le propre label atypique de Max Cooper: Mesh. Un label ultra créatif qui favorise les collaborations d’artistes voulant repousser les limites de leur discipline. Quand tu suis Max Cooper sur insta par exemple, tu vois constamment des visuels complètement barges. Son répertoire est littéralement sans fin. Une de nos vidéos préférées que tu devrais checker (parmi tant d’autres) c’est Circular.

Et si tu veux te perdre dans son monde audio-visuel, vas-y seulement, il y a de quoi y passer la nuit : https://emergence.maxcooper.net/

--> Pour écouter d'autres de ses bijoux: Order from Chaos et Perpetual Motion


Max Cooper, c’est tout simplement des or(eilles-)gasmes et des yeuxgasmes en même temps!



On t'ouvre la deuxième porte de ce hall_04 pour parler un peu de notre scène Suisse. On se rend à Crans-Montana pour une beauté de Giorgio Maulini: Una Venezuela.


C’est une track magnifique, une balade en forêt qui t’apaise et te réconforte. C’est une track qui t’enveloppe d’un duvet doux en hiver, et te fais des frissons en été.

Tout commence avec le son d’une forêt, c’est smooth et cristallin. Un piano arrive tout en douceur, il se fond dans le décor comme s’il avait toujours été présent. Cette séquence d’accords t’emporte en va-et-vient, des vagues sur une plage qui apporte un grain de sel unique. Tu réalises maintenant que t’es déjà perdu dans la track et que ça fait 8 min que tu l’écoutes. Tu la remets en boucle pour retrouver cette chaleur douce, tu te sens obligé quoi.


Giorgio Maulini

En plus de proposer des productions de qualité, ce qui est remarquable c'est la contribution du sud-américain pour la scène locale. Résident pour Caprices & MDRNTY, c'est en montagne à Crans-Montana qu'il fonde le label Underground Town, qui compte déjà 3 releases. En, 2020 c'est vitesse grand V pour l'artiste qui enchaîne les nouveaux projets. Mention spéciale aux tracks Bouncing Visa et Spaceport. En plus de ça il annonce cet été la fondation du label 'MAU', label entièrement dédié à sa propre musique. Living Room Beats est son premier album sur le label, un projet de longue date qui explore des styles et sonorités différentes de ce qu'il propose habituellement.


En bref, Giorgio Maulini est un artiste talentueux et créatif tant en studio que derrière les platines. Pour l'avoir vu à l'oeuvre, on ressent que cet amoureux du vinyl fait tout pour te transmettre sa passion grâce à une sélection pointue et de qualité. Giorgio sait ce qu'il fait et est indéniablement une référence en suisse romande non seulement en ce qui concerne sa production mais aussi parce qu'il fait bouger les choses. Le dojo se réjouit de voir ce que la fin de l'année et surtout 2021 lui réservent!


Pour terminé ce hall en force, on te présente une connexion anglaise du futur. Blawan et Pariah s'associent pour créer Karenn, une fusion britannique nord-sud qui a le goût du risque mais surtout, qui est toujours prête à t'en mettre plein la tronche. Voici On Request.



C'est de la basse, c'est lourd, c'est techno, c'est modulaire, c'est percutant, c'est synthé, c'est Pariah, c'est Blawan. C'est bon.

C'est qui Karenn? En fait, il y a maintenant bientôt dix ans, Blawan et Pariah décident de se lancer dans la performance live. Ils se calent derrière des tas de câbles et machines qu'ils connaissent maintenant comme leur poches pour livrer des sets techno endiablés. Armés de synthétiseurs, drum machines, loopers, pédales à effets, et autres, les deux anglais laissent parler leur créativité et honnêtement c'est bluffant. Si on avait envie de te parler de Karenn c'est parce qu'on est vraiment impressionnés par leur travail et surtout par ce qu'ils représentent. Blawan et Pariah auraient très bien pu juste créer un duo classique. Mais non, ils ont décidé de ne faire QUE du live pendant près de 10 ans! C'est pas pour rien que tant séparément qu'ensemble, les deux britanniques représentent une réelle force motrice de la techno britannique. Tu peux les voir à l'oeuvre pour Resident Advisor, c'est MAGIQUE.


Bon, si c'est si incroyable qu'ils ne fassent que du live, pourquoi ils se sont mis à sortir des sons? Pariah, dans une publication instagram, dit qu'une des raisons qui les a poussés à sortir Music Sounds Better with Shoe, EP dont fait partie On Request, c'est parce que c'est, pour eux, une façon de remercier leur public pour le soutien au cours des 10 dernières années. En fait, le passage du live au studio renforce encore plus l'influence qu'a le duo sur le développement de la techno britannique. L'année dernière représente pour eux la consécration de près de 10 ans de travail: au delà de s'être construits une réputation en béton, ils lancent leur propre label Voam, ainsi que leur premier album Grapefruit Regret. Le fruit de leur créativité est une techno modulaire edgy qui est franchement mortelle!

Pariah & Blawan

A écouter: Karenn - Crush the Mushrooms, Kumquat; Blawan - Careless, 993; Pariah - Linnae, Orpheus

7 vues
Reçois des notifs par email
  • Instagram
  • Facebook